Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
vagabondblog1.com

Costa Rica, la côte du Pacifique.

29 Janvier 2017 , Rédigé par Bernard Viguier Publié dans #voyage

Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.
Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.
Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.
Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.
Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.
Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.
Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.
Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.
Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.
Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux  Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont  moins peuplées et par conséquent on  y observe  fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.

Uvita sur la côte Pacifique est bordée de longues plages sauvages. La présence humaine n'a pas été envahissante pour la nature, par rapport aux Antilles ou encore Cuba, les zones côtières sont moins peuplées et par conséquent on y observe fréquemment des paresseux, toucans, coatis, aras, dauphins, ratons-laveurs, serpents etc.

Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.
Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.

Porto Jimenez, une impression de bout du monde, avec des singes capucins dans les arbres bor dant les plages. Le dimanche, les Ticos c'est-à-dire les Costaricains viennent bivouaquer sur les plages, avec coca, glacière et grillades. Du petit port de Porto Jimenez, on peut aller à Golfito, de l'autre côté de la baie, une jolie balade.

En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.
En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La  péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.

En remontant au nord de la côte du Pacifique avec ses immenses plages de sable, on arrive à Puntarenas d'où l'on peut traverser en ferry le golfe jusqu'à Naranjo. La péninsule de Nicoya est agricole avec ses ranchs et ses gauchos. Dans les ports abrités, échassiers et pélicans cohabitent avec les pêcheurs.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article