Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
vagabondblog1.com

La Dominique, une île préservée du tourisme de masse.

4 Mai 2017 , Rédigé par Bernard Viguier Publié dans #voyage

Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.
Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion  jusqu'à Pointe-à-Pitre.

Au départ de Pointe-à-Pitre, dans une mer souvent remuante, on arrive le long de la côte ouest de la Dominique. Souvent y accostent des bateaux de croisière américains. Près de la capitale, l'eau chaude des sources volcaniques est amenée jusqu'à de vieilles baignoires. La côte à l'est " au vent " est peu visitée, beaucoup plus sauvage. Retour dans un petit avion jusqu'à Pointe-à-Pitre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article