Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
vagabondblog1.com

Au nord de l'île d'Ambon, Indonésie, la presque île de Leihitu.

18 Juin 2018 , Rédigé par Bernard Viguier Publié dans #voyage

En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.
En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ;  la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par  la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume  est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces  pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.

En allant ou en revenant des superbes îles Banda, pourquoi ne pas se balader autour d'Ambon? En louant une moto, nous avons donc longé la côte nord, où se succèdent les petits villages de pêcheurs, avant d'arriver à Hila, où se dresse le fort Amsterdam; là, les épices étaient entreposées, avant d'être expédiées en Europe, quand la mousson d'est se levait et donnait le signal du départ; la traversée prenait souvent trois mois ! Ce fort de 1649 est bordé par deux côtés par la mer: les Hollandais veillaient jalousement sur "leurs" épices...Du haut des remparts, au nord, on voit "l'île-mère", l'énorme Seram que les forces hollandaises n'ont jamais pu coloniser. La petite église de 1780 est proche du fort, tandis que la mosquée Wapaue, elle aussi au toit de chaume est à l'autre bout du village. Sur la route, on s'interroge sur la signification de ces pancartes ( photo 5 ). En fait, elles indiquent des lieux tabous, les sasis, où d'ancestrales superstitions interdisent de pénétrer.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article