Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
vagabondblog1.com

C'était la Syrie...

12 Novembre 2018 , Rédigé par Bernard Viguier Publié dans #voyage

En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?
En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui  le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations,  les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?

En janvier 2002, quand on sortait du marché couvert de Damas, il y avait ce type qui vendait du café, un excellent café à la cardamone: tout était soigneusement rangé sur son vélo, les thermos, les gobelets, le sucre, les serviettes en papier. Il habitait dans la banlieue et venait tous les jours vendre son café dans ce lieu fréquenté par les Syriens et les touristes, avec lesquels il aimait parler en anglais. Damas était une capitale agréable à visiter à pied, avec ses célèbres mosquées, ses jardins tranquilles. Aujourd'hui le pays est dévasté par la guerre depuis plus de dix ans. La banlieue est un champ de ruines, des centaines de milliers de Syriens ont fui les djihadistes, les attentats, les arrestations, les tortures- liste non close. Qu'est-il devenu, lui, le vendeur de café à vélo ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joel 12/12/2018 13:01

Le café à la cardamone, ce n’est pas vraiment ce que j’apprécie. Mais, vous avez raison d’effectuer une comparaison des époques d'avant et après-guerre. J’espère sincèrement que ce marchand de café a pu se réfugier dans un endroit loin de ces attentats.