Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
vagabondblog1.com

Une civilisation disparue: les Cham.

15 Novembre 2019 , Rédigé par Bernard Viguier Publié dans #voyage

Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.
Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne                                                    subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.

Ces dias témoignent qu'un empire peut disparaître sans laisser beaucoup de traces. En effet, il ne subsiste pas grand-chose des 70 temples chams érigés sur le site de My Son - à part des ruines. Pourtant la civilisation chame s'étendait sur des centaines de kilomètres au centre du Vietnâm. Du II ème au XIII ème siècle, elle a connu les Chinois, les Hindous, a assimilé leur art. Quand ceux-ci se sont convertis à l'islam pour mieux commercer, cette civilisation a continué à prospérer. Puis... plus rien: sa langue, son art, ses rites ont sombré dans l'oubli à partir du XVème siècle. Ce n'est qu'en 1889 qu'un Français, C.Paris, a redécouvert les vestiges de My Son. Dernières dias: le fascinant musée cham de Da Nang.

A noter: en 1998, ce musée n'avait pas de fenêtres et il a été dévalisé plusieurs fois, la nuit.      Concernant les descendants chams appelés " khmers islam" par les autres Vietnamiens, la tragédie s'est poursuivie au XXème siècle: non seulement le site de My Son a été terriblement endommagé lors de combats intenses entre GI's et Vietminhs laissant de nombreux morts sur le terrain, chaque temple ayant  été la cible des hélicos américains et fait l'objet de combats rapprochés, mais encore les khmers rouges ont éliminé des milliers de Chams entre 1975 et 1979... La civilisation chame ? L'Histoire avec sa grande hache !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article