Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
vagabondblog1.com

Péloponnése, années 80.

19 Décembre 2019 , Rédigé par Bernard Viguier Publié dans #voyage

Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !
Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !

Pas encore de quatre-voies pour traverser la presqu'île dans une auto climatisée, seulement les petites départementales sinueuses allant de village en village. Pas encore de complexe touristique en bord de mer, ce n'était pas " le bon temps d'avant",non, mais le pays s'ouvrait, revivait après la dictature des colonels, les arrestations, l'exil, la peur de parler. Et ça sentait, ce soulagement général, même quand on ne parlait pas grec !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philae 19/12/2019 11:19

magnifique voyage cordialement

BernardoV 19/12/2019 18:14

Toujours amoureux de la Grece !