Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
vagabondblog1.com

Sur les pontons de Banda Neira, Moluques, Indonésie.

16 Avril 2018 , Rédigé par Bernard Viguier Publié dans #voyage

Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.
Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de  l'eau sur l'île d' Ay.

Les,boutres arrivent d'Ambon ou de la grande île de Seram, que les colonisateurs hollandais ne sont jamais parvenus à soumettre. On décharge les marchandises à dos d'homme - ou avec une charrette à bras - jusqu'aux entrepôts du petit port. Puis d'autres bateaux vont aller livrer dans les îles de l'archipel. En période sèche, il faut même transporter de l'eau sur l'île d' Ay.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article